PLUIE DU MATIN N'ARRÊTE PAS LE PÈLERIN 

La photo que vous n'avez pas eu hier et que j'ai piqué sur le site de notre ami Manu qui dit

Et quand il pleut en Andalousie, il vaut mieux être bien à l'abri qu'au milieu de la plaine ! D'ailleurs, on comprend vite l'intensité des précipitations en regardant la taille des arroyos, ces grands fossés gigantesques, chargés de drainer les trombes d'eau !

Si la pluie du matin n'arrête pas le le pèlerin, la tempête en Andalousie arrête les dresseurs. Il y a des jours comme ça et quand à la pisse du matin les pointers ne veulent pas sortir du camion c'est un signe. Impossible de travailler donc, les dresseurs du secteur se retrouvent à la VENTA ANDRES  pour déprimer tous ensemble. Une occasion pour manger avec les gérants d'une grande finca que beaucoup de dresseurs convoitent et qui ne sera attribuée qu'aux plus convaincants et peut être aussi au plus offrants dans la limite du raisonnable. Beaucoup de monde sur le coup comme pour les jeux olympiques. On croise les doigts.

Des perdreaux il y en a partout en Andalousie mais les terrains les plus recherchés sont les terrains plats afin de toujours voir le chien et de pouvoir régler la quête. Quand le chien disparaît derrière une butte il est difficile d'évaluer la faute et d'intervenir en conséquence.

Voilà où nous en sommes pour le moment, eux sur place et nous ici. Je reviendrai dans la journée si j'en sais plus.  

Écrire commentaire

Commentaires : 2
  • #1

    Dom (lundi, 19 janvier 2015 23:53)

    ben non, aucune déprime pour ma part ....

  • #2

    PIAT (mardi, 20 janvier 2015 14:24)

    Toi peut être pas mais je connais bien ton patron qui n'a qu'une seule envie bouffer du perdreaux....